Archive for the Pivot Category

Kareem Abdul-Jabbar, « Skyhook »

Posted in Pivot on août 3, 2011 by mathilda

Kareem Abdul-Jabbar est né le 16 avril 1947 à New York.

Fils unique de Ferdinand Alcindor Sr., agent de police, et de Cora Douglas, un couple du quartier d’Inwood à New York, Kareem Abdul-Jabbar naît sous le nom de Ferdinand Lewis Alcindor le 16 avril 1947. Son grand-père mesurait 2,05 m, son père 1,89 m et sa mère 1,80 m. Il fait connaissance avec le basket ball à l’âge de 9 ans, il mesure déjà 1,63 m. Il passe le cap des 2 m à 13 ans, à 14 ans il fait 2m08 et enfin 2m14 à 15 ans. Si on décrit la courbe de croissance de Jabbar à travers sa jeunesse ce n’est pas parce qu’il est l’homme le plus grand des temps modernes ou de tous les temps, mais parce qu’il est considéré (avec Wilt Chamberlain) comme le symbole et la personnification même du gigantisme des temps modernes.

Après un apprentissage pur et dur où il apprend scientifiquement le basket-ball en passant par des périodes sur les terrains de basket des ghettos noirs de Philadelphie qui l’endurcirent et lui permirent de se transformer en pivot de combat, le jeune Lew Alcindor, au sortir de la St. Jude Catholic à New York, institution d’école primaire composée de Blancs de la classe moyenne, intègre le célèbre Power Memorial High School de New York dans le quartier de Manhattan.

Là, pris en main par le Canadien Jack Donohue — le futur entraîneur de l’équipe du Canada de basket-ball — et épaulé par Jay Carter, un colosse de 2,03 m qui l’entraîne durement aux rebonds, le futur Kareem Abdul-Jabbar est entraîné à la dure.

Avec son lycée, il gagne trois fois consécutivement le championnat catholique de New York, gagnant 96 matchs (72 victoires de suite) pour seulement 6 défaites. Il inscrit 2 067 points durant ses années de lycée.

Il joue ensuite pour les UCLA Bruins — équipe entraînée par John Wooden — entre 1967 et 1969 et ne perd que deux matches pendant cette période. Sa réputation lui permet d’être choisi au premier tour de la draft NBA en 1969. Son diplôme en poche, il joue alors en NBA pour les Bucks de Milwaukee puis les Lakers de Los Angeles, où son association avec Magic Johnson fera merveille.

Pendant ses études, Lew Alcindor se convertit à l’islam et il prend en 1971 le nom de Kareem Abdul-Jabbar.

Abdul-Jabbar prend sa retraite en 1989 après vingt saisons et une des plus belles carrières de la NBA.

On l’a vu aussi entraîneur assistant en NBA au sein des Los Angeles Clippers et des Los Angeles Lakers, son équipe de cœur.

En novembre 2009, il annonce qu’il souffre d’une leucémie myéloïde chronique depuis près d’un an. Mais, le 5 février 2011, il annonce sur son compte twitter en être complètement guéri.

Taille: 2m18

Poids: 120kg

Numéro: 33

Clubs: Milwaukee Bucks, Los Angeles Lakers

Draft: premier tour 1969 par les Bucks

Moyenne en carrière: 24,6pts, 11,2rbds, 3,6ast

 

Palmarès:

  • Champion NBA en 1971, 1980, 1982, 1985, 1987 et 1988.
  • Finales NBA en 1974, 1983, 1984 et 1989.
  • NBA Most Valuable Player de la saison régulière en 1971, 1972, 1974, 1976, 1977 et 1980.
  • NBA Finals Most Valuable Player Award en 1971 et 1985.
  • NBA Rookie of the Year en 1970.
  • NBA All-Rookie First Team en 1970.
  • All-NBA First Team en 1971, 1972, 1973, 1974, 1976, 1977, 1980, 1981, 1984 et 1986.
  • All-NBA Second Team en 1970, 1978, 1979, 1983 et 1985.
  • NBA All-Defensive First Team en 1975, 1979, 1980, 1981.
  • NBA All-Defensive Second Team en 1970, 1971, 1976, 1977, 1978 et 1984.
  • Meilleur marqueur NBA en 1971 et 1972.
  • Meilleur contreur NBA en 1975, 1976, 1979 et 1980.
  • Meilleur rebondeur NBA en 1976 avec 16,9 rebonds par match.
  • Joueur le plus adroit de la NBA aux tirs en 1977 avec 57,79%.
  • Meilleur marqueur de l’histoire de la NBA: (38387).
  • Plus grand nombre de points marqués sur une saison en 1970 avec 2361 points, en 1971 avec 2596 points, et en 1972 avec 2822 points.
  • Record de paniers réussis en carrière: (15837).
  • Record de paniers tentés en carrière: (28307).
  • Joueur ayant réussi le plus de tirs en 1970 (938), 1971 (1063), 1972 (1159), 1974 (948), et en 1977 (888).
  • Joueur ayant tenté le plus de tirs en 1972 (2019).
  • Record de sélections au NBA All-Star Game: (19).
  • Record de participations au NBA All-Star Game: (18).
  • Co-Détenteur avec Mark Eaton et Marcus Camby du nombre de titre de meilleur contreur NBA avec 4 titres.
  • Joueur ayant joué le plus grand nombre de minutes en carrière avec 57446 minutes.
  • Joueur ayant joué le plus de grand nombre de minutes en 1976 avec 3379 minutes.
  • Plus grand nombre de total de rebonds sur une saison: 1383 en 1976, et 1090 en 1977.
  • Plus grand nombre de rebonds défensifs sur une saison : 1111 en 1976, et 824 en 1977.
  • Plus grand nombre de contres sur une saison: 338 en 1976, 261 en 1977, 316 en 1979 et 280 en 1980.
  • Joueur ayant commis le plus grand nombre de fautes personnelles en carrière avec 4657 fautes.
  • Joueur ayant la meilleure efficacité sur le terrain (Player Efficincy Rating) en 1971 (29,0), 1972 (29,9), 1973 (28,5), 1975 (26,4), 1976 (27,2), 1977 (27,8), 1978 (29,2),1979 (25,5), et en1981 (25,5).
  • Champion NCAA 1967, 1968 et 1969.
  • Most Outstanding Player du tournoi NCAA 1967, 1968 et 1969.
  • College Player of the Year 1967 et 1969.
  • 1 x sportif de l’année selon Sports Illustrated : 1985.
  • 7ème au classement des meilleurs joueurs de tous les temps par Slam (magazine) en 2003.
  • 7ème au classement des meilleurs joueurs de tous les temps par Slam (magazine) en 2010.
  • Sélectionné parmi les Meilleurs joueurs du cinquantenaire de la NBA en 1996.
  • Élu au Naismith Memorial Hall of Fame en 1995.
  • Son maillot, le no 33 a été retiré par les Milwaukee Bucks et les Los Angeles Lakers.

Bill Russel, The Legend

Posted in Pivot on juillet 28, 2011 by mathilda

Pour commencer la journée, je vous propose un article sur Bill Russel, qui est pour moi (et pour beaucoup d’autres) le meilleur joueur de NBA dans les années 60.

William Felton « Bill » Russell est né le 12 février 1934. Premier pivot dominateur de la NBA, Bill Russel, défenseur hors pair avec ses long bras et ses 2m08 pouvait contrer presque toutes les tentatives de tirs adverses à proximité du panier. Longiligne, véloce, il avait également une science de jeu qui lui a permis de remporter 11 titres en 13 ans (1957 à 1969), dont 8 consécutifs.Sa rivalité avec Wilt Chamberlain est une des plus célèbres de l’histoire de la NBA. Fidèle aux Celtics de Boston, il avait été élu parmis les 50 plus grands joueurs de la NBA. Le trophée du MVP du All Star Game porte son nom depuis 2009. Il fait parti du  Hall Of Fame depuis 1975 et du Hall Of Fame FIBA depuis 2007.Après sa carrière de Joueur, Bill Russell devient entraineur des Celtics (de 1969 à 1969), des Supersonics de Seattle (de 1973 à 1977) ainsi que les Kings de Sacramento (de 1987 à 1988). Son maillot, le N°6,  a été retiré par les celtics en 1972.

 

Taille: 2m08

Poids: 102kg

Numéro: 6

Club: Celtics de Boston

Draft: Celtics en 1956

Moyenne: 15,1pts, 4,3ast, 22,5rbds

 

 

Patrick Ewing, la légende des Knicks

Posted in Pivot on juillet 26, 2011 by mathilda

 

Patrick Aloysius Ewing, dit Pat Ewing, est un ancien joueur de basket-ball américain né le 5 août 1962 à Kingston en Jamaïque. Il évoluait au poste de pivot. Il mesure 2m13.

Patrick Ewing est né en Jamaïque et excellait au cricket et au football. C’est à l’âge de 13 ans qu’il arrive aux États-Unis avec sa famille, à Cambridge. Il a été formé à l’Université de Georgetown, entraîné par John Thompson. Il y atteint trois finales universitaires nationales, gagnant celle de 1984. Cependant, Georgetown est défaite deux fois par deux outsiders : North Carolina, menée par James Worthy et Michael Jordan, en 1982, et surtout Villanova en 1985.

Il est le premier choix de la draft 1985, sélectionné par les New York Knicks avec lesquels il a accompli l’essentiel de sa carrière. Bien que des blessures aient perturbé sa première saison professionnelle, il est élu Rookie de l’année en 1986. Il fut alors rapidement considéré comme l’un des meilleurs pivots de la ligue. Il est barré régulièrement en playoffs par les Chicago Bulls de Michael Jordan, véritable bête noire des Knicks dans les années 1990. En 1992, les Knicks échouent en demi-finale de la Conférence Est, puis lors de la finale de la Conférence la saison suivante, à chaque fois face aux Bulls. Cette saison-là, il vit un moment embarrassant en étant contré lors d’un match de saison régulière par le meneur de jeu des Charlotte Hornets Muggsy Bogues qui mesure 1m60[1]. Étant l’un des meilleurs pivots de son époque, il est naturellement appelé à participer à l’aventure de la dream team lors des Jeux olympiques de 1992. En 1994, alors que Jordan a pris sa retraite, ils parviennent en Finale NBA, la première pour les Knicks depuis 1973, mais doivent s’incliner face aux Houston Rockets, d’un autre pivot légendaire Hakeem Olajuwon. L’année suivante, c’est un tir raté lors des derniers instants du Game 7 face à Indiana en demi-finale de Conférence qui élimine New York. En 1999, il se blesse lors du second tour des playoffs alors que les Knicks atteignent les finales NBA face aux San Antonio Spurs. Pour sa dernière saison avec les Knicks, en 2000, ils s’inclinent face aux Pacers de nouveau en finale de Conférence. En 2000, il est transféré aux Seattle Supersonics, les Knicks recevant alors Glen Rice, Luc Longley, Travis Knight, Vladimir Stepania, Lazaro Borrell, Vernon Maxwell, deux premiers tours de draft (des Los Angeles Lakers et de Seattle) et deux seconds tours de draft de Seattle. Beaucoup d’observateurs considèrent que ce transfert signifia la désintégration de l’équipe des Knicks, qui n’a pas réussi à retrouver son rang depuis. Il jouera une saison avec les Sonics, puis il signe pour une dernière saison au Orlando Magic la saison suivante avant de prendre sa retraite le 18 septembre 2002.

Il a été élu en 1996 parmi les 50 meilleurs joueurs de l’histoire de la NBA, bien qu’il n’ait jamais été champion. En 2002, il accepte un poste d’entraîneur assistant aux Washington Wizards. Par la suite, il a été assistant entraîneur de Jeff Van Gundy aux Houston Rockets de 2003 à 2006, et depuis, auprès de l’entraîneur du Magic d’Orlando Stan Van Gundy. Son numéro 33 a été retiré par les Knicks le 28 février 2003 et hissé au plafond du célèbre Madison Square Garden, salle des exploits de Pat Ewing pendant plus d’une décennie. Ewing fait des apparitions régulières dans des films et séries télévisées. Sa première prestation fut dans Space Jam où il jouait son propre rôle, et fut l’un des cinq joueurs NBA à jouer dans ce film, outre Michael Jordan (en compagnie de Charles Barkley, Shawn Bradley, Larry Johnson et Muggsy Bogues). Ewing joua l’Ange de la Mort dans le film L’Exorciste 3. Ewing fit également une brève apparition dans le film Senseless. Il fit aussi de brèves apparitions (dans son propre rôle) dans les sitcoms Spin City, Herman’s Head, Dingue de toi et Webster. Patrick Ewing suit un régime végétarien. Son fils Patrick Ewing Junior, qui évolua comme lui à l’Université de Georgetown après deux ans à l’université d’Indiana a été sélectionné au 43e rang de la draft 2008 par les Sacramento Kings. Le 6 septembre 2008, il est intronisé au Basketball Hall of Fame en compagnie de 6 autres membres dont Hakeem « the Dream » Olajuwon et le Coach Pat Riley.

 

taille: 2m13

Poids: –

numéros: 6 et 33

clubs: Knicks, Sonics, Magics

draft: 1er par les Knicks en 1985

Moyenne en carrière: 21pts, 9,8rbds, 2,4blk, 1,9ast

 

Palmarès:

Elu au Hall of Fame (2008), Rookie of the Year (1986), All-NBA First Team (1990), All-NBA Second Team (1988, 89, 91, 92, 93, 97), NBA All-Defensive Second Team (1988, 89, 92), onze fois All-Star (1986, 1988 à 97), Champion Olympique (1984, 92), sélectionné parmi les 50 plus grands joueurs de tous les temps (1996), Hall of Fame (2008)

Shaquille O’neal, the Big Men !

Posted in Pivot on juillet 26, 2011 by mathilda

Shaq

Shaquille Rashaun O’Neal est né le 6 mars 1972 à Newark.

Après avoir accompli une carrière universitaire très remarquée en Louisiane Shaquille O’Neal est sélectionné par les Orlando Magic, comme premier choix de la draft 92. Pour sa première saison, l’Américain est élu rookie de l’année (meilleur débutant). Son duo avec Anfernee Hardaway transforme les « Magic ». Trois saisons plus tard, ce jeune homme de 23 ans atteint la finale NBA qu’il perd face aux Houston Rockets. C’est le moment que choisit le « Shaq » pour quitter la Floride et rejoindre les Los Angeles Lakers. Avec Kobe Bryant, ils forment un duo devenu célèbre. Entraînés par Phil Jackson l’ancien mentor de Michaël Jordan, O’Neal et Bryant remportent le titre NBA en 2000, 2001 et 2002. Ce n’est pas tout pour « Shaq the boom » qui remporte trois titres de MVP (meilleur joueur) des finales. Sa relation avec son acolyte se dégrade petit à petit ; au cours de l’été 2004, « Big Shaq Daddy » retourne en Floride mais à Miami, cette fois. Les Miami Heat veulent constituer un nouveau duo de choc autour d’O’Neal. Ce qu’ils font avec Dwayne Wade, alors âgé de 22 ans. Les résultats suivent tout de suite, les « Heat » finissent premiers de la Conférence Est, alors que les « Lakers » manquent les playoffs. L’entente devient impressionnante dès la deuxième saison conjointe des deux hommes. Après une saison moyenne sur le plan personnel, Shaquille O’Neal remporte un quatrième titre, poussé par un Dwayne Wade en feu. Sur le déclin en fin de saison, du haut de ses 2m15 et ses 155 Kilos, le « Shaq » fait toujours partie des meilleurs pivots de la NBA et s’inscrit comme un mythe dans son sport, Notre sport. Il prendra sa retraite le 1er juin 2011, au grand malheur des fan de basket !

Taille: 2m16

Poids: 155 kg

Numero: 32,33,34,36

Clubs: Orlando, Lakers, Miami, Phoenix, Cleveland, Celtics

Draft: 1er par les magics en 1992

Moyenne en carrière: 23,7 pts, 2,5ast, 2,3blk

Palmarès:

En sélection
  • Médaillé d’or aux Jeux olympiques d’été de 1996.
  • Médaillé d’or aux championnats du monde 1994.
  • Élu Meilleur joueur des Championnat du monde de basket-ball masculin 1994.
En franchise
  • Champion NBA en 2000, 2001, 2002 avec les Lakers de Los Angeles et 2006 avec le Heat de Miami.
  • Finales NBA contre les Rockets de Houston en 1995 avec le Orlando Magic et contre les Pistons de Détroit en 2004avec les Lakers de Los Angeles.
Distinctions personnelles
  • Élu NBA Rookie of the Year en 1993.
  • Élu NBA Most Valuable Player de la saison régulière en 2000.
  • Élu NBA Finals Most Valuable Player Award des finales NBA en 2000, 2001 et 2002.
  • Élu NBA All-Star Game Most Valuable Player Award du All-Star Game en 2000 avec Tim Duncan, 2004 et 2009 avecKobe Bryant.
  • Élu dans la NBA All-Rookie First Team en 1993.
  • Élu dans la All-NBA First Team en 1998, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005 et 2006.
  • Élu dans la All-NBA Second Team en 1995 et 1999.
  • Élu dans la All-NBA Third Team en 1994, 1996, 1997 et 2009.
  • Élu dans la NBA All-Defensive Second Team en 2000, 2001 et 2003.
  • 15 sélections au NBA All-Star Game en 1993, 1994, 1995, 1996, 1997, 1998, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005,2006, 2007 et 2009.
  • Best NBA Player ESPY Award 2001 et 2002.
  • IBM Award en 2000 et 2001.
  • Meilleur marqueur NBA en 1995 (29,3 points par match) et en 2000 (29,7 points par match).
  • Joueur le plus adroit de la ligue en 1994 (59,9% de réussite), 1998 (58,4%), 1999 (57,6%), 2000 (57,4%), 2001 (57,2%), 2002 (57,9%), 2004 (58,3%), 2005 (60,1%), 2006 (60,0%) et2009 (60,9%).
  • Meilleur marqueur de la ligue au nombre de points inscrits en saison régulière en 1995 (2315), 1999 (1289) et 2000 (2344).
  • Joueur ayant tenté le plus de tirs en 1995 (1594).
  • Joueur ayant marqué le plus de paniers en 1994 (953), 1995 (930), 1999 (510), 2000 (956) et 2001 (813).
  • Joueur ayant tenté le plus de lancers-francs en 1995 (854), 1999 (498), 2000 (824), 2001 (972), 2002 (717) et 2004 (676).
  • Joueur ayant perdu le plus de ballons (turnovers) en 1993 (307), il s’agit d’une distinction négative.
  • Joueur ayant la meilleure efficacité (Player Efficiency Rating) sur le terrain en 1998 (28,8), 1999 (30,5), 2000 (30,6), 2001 (30,2), et en 2002 (29,7).
  • 9e au classement des meilleurs joueurs de tous les temps par Slam en 2003.
  • 4e au classement des meilleurs joueurs de tous les temps par Slam en 2010.
  • Sélectionné parmi les Meilleurs joueurs du cinquantenaire de la NBA en 1996.

Wilt Chamberlain 100pts Game

Posted in Pivot on juillet 25, 2011 by mathilda

Voici les meilleurs vidéos du match où Wilt Chamberlain a marqué 100pts.

 

 

 

 

Dwight Howard, the Superman !

Posted in Pivot on juillet 24, 2011 by mathilda

Dwight « Superman » David Howard est un joueur américain de basket-ball né le 8 décembre 1985 à Atlanta, Géorgie.

Dwight Howard a étudié et joué à la Southwest Atlanta Christian Academy, une école privée connue pour la qualité de son équipe de basket-ball. Durant son passage, Howard a totalisé 2 146 points, 1 728 rebonds et 811 contres (soit des moyennes de 16,6 points, 13,4 rebonds et 6,3 contres par match). Il a reçu de nombreuses récompenses parmi lesquelles le titre de meilleur joueur lycéen de l’année en 2004. Plutôt que d’entrer en université, Howard décide alors de se présenter à la draft NBA.

Sélectionné au premier rang par le Magic d’Orlando, Howard réalise une excellente première saison et est élu dans l’équipe d’étoiles des recrues 2004-2005 (Rookie first team). Dwight Howard est le troisième joueur de l’histoire de la NBA à avoir été sélectionné au premier rang de la draft en étant issu d’un « high school » (équivalent du lycée)1.

Il prend part aux 82 matches de son équipe et affiche des moyennes de 12 points, 10 rebonds et 1,6 contres par match. Il est l’un des rares joueurs de la ligue à compiler au moins 10 points et 10 rebonds par match. Il est également le premier « rookie » (en compagnie d’Emeka Okafor) à réaliser cette performance depuis Shaquille O’Neal et Alonzo Mourning en 1992-93, tout comme il devient le plus jeune joueur de l’histoire à prendre 20 rebonds en un match (il le réalise 3 fois dans l’année).

La saison 2005-2006 débute sur les chapeaux de roue pour le plus grand espoir d’une franchise floridienne en pleine reconstruction. Le 15 novembre 2005, Howard marque 21 points et récupère 20 rebonds face aux Charlotte Bobcats, devenant le plus jeune joueur de l’histoire à inscrire au moins 20 points et 20 rebonds en un match. Le 20 janvier 2006, face à ces mêmes Bobcats, Howard marque 19 points et bat son record de rebonds avec 21. Ce record ne tient que 3 mois puisque le 15 avril 2006, il récupère 26 rebonds auxquels il ajoute 28 points dans une victoire des siens face aux Philadelphia 76ers. Au cours de ce mois d’avril 2006, le numéro 12 du Magic marque 18,1 points et 14 rebonds par match pendant que son équipe remporte 7 matches contre 2 défaites. Howard est élu meilleur joueur du mois dans la Conférence de l’est. Il termine la saison avec des moyennes de 15,8 points et 12,5 rebonds et devient le deuxième meilleur rebondeur de la ligue derrière Kevin Garnett bien qu’il soit le seul à avoir dépassé la barre des 1000 prises sur l’année.

Le Magic échoue finalement dans sa quête d’une place en séries éliminatoires (play-offs) mais prépare l’avenir en levant l’option qu’il possède sur les contrats de Howard et de Jameer Nelson pour la saison 2007-08.

Le 16 février, durant le NBA All-Star Game 2008 à la Nouvelle-Orléans, Dwight Howard remporte le Slam Dunk Contest, son deuxième dunk du concours reste le plus marquant, car Howard enfile le costume et la cape de Superman pour effectuer un dunk lointain, les juges lui donnent la meilleure note pour ce dunk. Howard remporte la finale contre Gerald Green. Howard possède 1 mètre de détente sèche.

À l’issue de la saison 2007-2008, il termine meilleur rebondeur de la ligue avec 14,2 rebonds par match faisant de lui le plus jeune joueur de l’histoire à réussir cette performance. La même année, il totalise aussi 8 matchs à plus de 20 points et 20 rebonds, le plus gros total depuis Shaquille O’Neal en 1999-2000.

Lors des Playoffs 2009, il termine meilleur rebondeur avec une moyenne de 15,3 rebonds par match.

Pour la saison 2009-2010, la franchise du Magic d’Orlando recrute Vince Carter. Dwight Howard termine une nouvelle fois meilleur rebondeur avec une moyenne de 13,2 prises. Il termine également à la première place de la statistique des contres avec 2,8 et, pour la première fois de sa carrière, il termine avec le meilleur pourcentage de réussite de la ligue avec 61,2%. Il est élu meilleur défenseur pour la seconde année consécutive. Le Magic se fait éliminer en finale de la Conférence par lesBoston Celtics sur le score quatre à deux. Lors des deux tours précédents, Orlando réussit le sweep, victoire quatre à zéro, face aux Bobcats de Charlotte puis les Hawks d’Atlanta. Durant ces playoffs, Howard marque 18,1 points, capte 11,1 rebonds et réalise 3,5 contres par match.

La saison 2010-2011 montre que Howard est en progrès sur le plan offensif 22,9 points, D12 l’a aussi été sur le plan défensif en cumulant 14,1 rebonds, 2,2 contres et même 1,3 interceptions de moyenne. Dès le début de l’année 2011, il commence à cumuler les matchs à plus de 30 pts et 10 rebonds. Il est élu NBA Defensive Player of the Year (meilleur défenseur de l’année), pour la troisième année consécutive, se rapprochant ainsi de Dikembe Mutombo et Ben Wallace, titrés quatre fois chacun au cours de leur carrière. Il fait également parti des favoris au titre de MVP (Most Valuable Player), avec LeBron James et Derrick Rose. C’est ce dernier qui est finalement choisi, notamment grâce aux résultats de son équipe, bien meilleurs que ceux d’Orlando. Howard se classe en deuxième position.

 

Taille: 2m11

Poids: 120kg

Surnoms: D-12, Superman

Club: Orlando Magics

Numero: 12

Draft: 1er position en 2004 par les Magics

Moyenne en carrière: 18,2 pts, 2,2blk, 1,5ast

 

Palmarès:

-Finales NBA en 2009 contre LA Lakers

-NBA Defensive player en 2009, 2010, 2011

-Slam dunk contest 2008

-Médaillé d’or aux JO 2008