The Flu Game

Bien avant l’entre-deux, le staff technique des Bulls tremble. Dans sa chambre d’hôtel de Salt Lake City, Michael Jordan vit un véritable cauchemar.

Le staff médical estime que Jordan souffre d’une intoxication alimentaire ou d’un virus intestinal. Ils ne savent pas précisément. Mais au matin du match, il est inconcevable que Michael Jordan soit sur le parquet le soir même.

Pourtant, au milieu de l’après-midi, Michael Jordan arrive au Delta Center. Scotie Pippen l’aperçoit et n’imagine pas l’impensable.

La légende dit que Michael Jordan est longtemps resté dans une petite pièce sombre à côté du vestiaire des Bulls. Il a alors fermé les yeux et s’est vu entrain de courir, de mettre des paniers, de faire des passes. Lentement, il est alors allé dans le vestiaire, a pris son maillot et annoncé à Phil Jackson qu’il voulait jouer.

Durant le premier quart-temps, il faut bien le dire, il n’a pas servi à grand chose. Le Jazz domine le match et prend jusqu’à 16 points d’avance dans le QT2. Là, l’instinct du champion refait surface. Mentalement, quelque chose s’est passé et le corps a suivi. Il commence à rentrer des tirs, à retrouver de la vitesse et de l’énergie. Résultat, 17 points dans le QT2.

A la mi-temps, Jordan a froid, il tremble. Il est fatigué et les nausées le reprennent. Le QT3 est un long calvaire. Mais il a déjà donné plus qu’il ne fallait dans le QT2.

Pourtant, encore une fois, Michael Jordan va se rebiffer. Le Jazz mène de 8 points (77-69) lorsqu’il lance et mène un 10-0. Avec un tir à mi-distance, un 3-points et un tir sur la tête de Byron Russell, il est plus que décisif. Cinq minutes à jouer, les Bulls sont toujours dans le match.

A 3’07, John Stokcton claque un 3-points pour replacer le Jazz en tête (84-81) mais Michael Jordan lui répond par un layup. Après deux minutes très défensives, Jordan est envoyé sur la ligne, rentre le premier, mais manque le second. Toni Kukoc est au rebond, mais sa claquette ne fait pas mouche, Jordan a alors l’énergie pour récupérer le ballon et organiser une nouvelle attaque.

Néanmoins, ce ballon, il ne le jouera pas. Il va chercher Pippen, qui pouvait jouer Hornacek en post-up, puis Kerr dans le corner. Mais les passes sont difficiles. Il arrive à servir Pippen mais Russell est venu en aide. Erreur, Pip’ renvoie la balle vers Jordan qui balance une bombe longue distance. 88-85. Son 15e point du QT4, son 38e et dernier d’un match de légende.

Mais le match n’est pas terminé. Gregg Ostertag réduit l’écart à un point d’un dunk, Luc Longley l’imite (90-87) à 6 secondes du gong. Il reste une dernière possession. Le ballon arrive entre les mains d’Hornacek qui tente sa chance à 3-points sur le gong… C’est un échec.

Malgré la fatigue, les yeux rougis, les nausées et la fragilité générale de son corps, Michael Jordan a joué 44 minutes. A la sirène, il pouvait s’écrouler sereinement.

Pas totalement remis au retour à Chicago, Michael Jordan guide une nouvelle fois son équipe lors du G6, avec 39 points. Le match 6 est aussi culte, avec le 3-points égalisateur de Russell, le shoot de Steve Kerr en tête de raquette et le stop de Pippen pour le dunk final de Toni Kukoc.

Sources: http://www.passionbasket.fr/nba-finals-the-flu-game/

Introduction:

Le match:

Prochain article: NBA Bloopers !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :